La photographie

La photographie de Peter Corr

 

"Nous savons que le monde existe au-delà du noir, du blanc et des nuances de gris ; notre vie quotidienne est un kaléidoscope de couleurs. La lumière atteint nos yeux et se transforme en couleur. Newton a observé que la couleur n'est pas inhérente aux objets, nous sommes les seuls auteurs de cette univers coloré. La vue déclenche une multitude d'émotions et d'associations culturelles. La perception est indissociable de l'idée préconçue et la couleur agit comme un prisme déformant.

Pour moi, cette terre qu'on appelle le Fenland n'existe qu'en noir et blanc ; la couleur ici ne sert qu'à induire en erreur et à distraire. C'est un cosmétique, une affectation. Il s'agit d'un paysage rudimentaire et utilitaire, récupéré de la mer, réaménagé et reconfiguré. 


J'ai pris ces photographies en noir et blanc pendant l'hiver 2020/21, au plus fort de la pandémie de COVID-19. Ils comprennent des paysages, des bâtiments, des rivières, des arbres et des routes ; les gens se distinguent par leur absence. 

Il n'y a pas de collines ou de montagnes physiques dans les terres récupérées des Cambridgeshire Fens, mais des sommets élevés et des noms fantaisistes sont partout. Avec une combinaison d'ironie stoïque et de rêverie, les habitants donnent des noms de lieux colorés aux zones humides, aux fossés, aux digues, aux champs, aux plaines inondables, aux routes, aux rivières et aux marais. Tous les lieux n'ont pas de noms identifiables. Dans la mesure du possible, j'ai basé le titre de chaque photographie sur le lieu nommé le plus proche.

Près de Gold Hill, une route rectiligne fléchée s'étire vers un horizon vide dans une scène qui rappelle un road movie américain. Un ciel noir et des nuages qui s'accumulent annoncent une autre averse alors que la brume enveloppe le paysage, comme une magnifique installation environnementale de Christo et Jeanne-Claude. Sous d'autres latitudes, un monde technicolor existe simultanément."

Blogue d'art contemporain
par Peter Corr